Mute @ Closing Family Piknik /w Boris Brejcha

Un récent samedi d’octobre, Mute a pris sa voiture et est allé se faire remettre les pendules à l’heure aux arènes de Béziers, et (spoiler) c’était bien bien bien !

Ce samedi 9 octobre 2021, le fameux festival montpellierain Family Piknik organisait sa soirée de clôture avec un évènement de plus de 12h de techno au sein des arènes de la ville de Béziers, qui s’est tenue à guichets fermés : plus de 6000 fans de techno, pour certains venant de loin, ont répondu présent !

Une scénographie dantesque

C’était sobre

Les arènes de Béziers, dont la fosse était affublée d’un gigantesque barnum à la toile transparente, étaient très bien mise en valeur avec une décoration fournie, et une configuration lumière digne des plus grands festivals. Les festivaliers ont pu apprécier machines à bulles, effets pyrotechniques et flamants roses illuminés, le tout soulignés par la présence d’un grand écran led central. Le système son, très bien réglé malgré l’acoustique difficile du lieu, était une fois n’est pas coutume de la marque Martin Audio, et a distribué tout au long de la soirée aigus cristallins et basses généreuses.

Une programmation ambitieuse

Plus de 12h de techno étaient au programme (14h00->2h00), parmi les principaux artistes présents on a noté :

Ann Clue

La protégée de Boris Brejcha (et co-fondatrice de son label Fckn Serious) n’a pas fait rougir son mentor : un set excellent, avec une progression très bien menée qui s’est avéré être un warm up efficace ; un son mélodique, quelques teintes d’acid, une grande cohérence et une fin techno minimal : du grand art, une artiste à suivre pour les prochaines années.

Tom Pooks b2b Joy Kitikonti

Le propriétaire du festival Family Piknik était au programme, en b2b avec un artiste italien signé sur de nombreux labels, Joy Kitikonti. Un set résolument plus classe, plus planant, on était limite à sortir le cocktail en début de set, avant que les gros kicks ne viennent nous raviser : une musique moins innovante qu’Ann Clue, mais très efficace tout de même, des rythmes tribal qui n’ont pas laissé votre reporter indifférent !

Space 92

On ne le présente plus, Space 92, initialement prévu au closing de la soirée, s’empare des platines et met tout le monde d’accord : il était pas là pour enfiler des perles, et nous l’a fait comprendre dès le début : si les Biterrois ne connaissaient pas la techno, maintenant c’est chose faite, les murs tremblent et le public est conquis ! Des kicks lourds et des snare qui claquent, des rides et des sonorités acid typiques de l’artiste, il était attendu et il est au rendez vous, on sort de son set fatigués mais heureux !

Boris Brejcha

La tête d’affiche de la soirée prend possession des platines à minuit, chausse son fameux masque vénitien et change l’ambiance : on retrouve le côté mélodique entendu avec Ann Clue, mais en bien plus efficace : le public est sur-chaud, la fosse bondée, et l’artiste ne fait pas descendre la pression pendant ses deux heures de set : c’est un véritable voyage, on est à la fois transportés par ses mélodies, et sérieusement ambiancés par ses rythmes ultra efficaces. Le DJ-producteur de génie joue avec les rythmes et nous fait un set de haute volée, unanimement salué par l’immense majorité de la foule restée jusqu’à la fin.

Une bonne soirée

Globalement on retiendra une soirée bien organisée avec du son et des artistes de qualité, avec l’ouverture d’esprit et l’orientation familiale qui caractérise le festival, et qui a permis à certains non initiés d’apprécier la techno (pendant 12h pour les plus téméraires !)

On notera le rappel de Boris Brechja auquel l’artiste a facétieusement répondu en jouant son remix de “happy birthday” :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.